Malick Traoré : « Le journalisme et l’information en général ont été modifiés par l’avénement des réseaux sociaux »

Malick4 Photos : Canal + – Création : Well’Com to the Stadium

Malick Traoré : « Le journalisme et l’information en général ont été modifiés par l’avènement des réseaux sociaux »

Habituellement, c’est lui qui mène le débat ! Journaliste sportif, actuellement sur Canal +, Malick Traoré a répondu à nos questions et nous a donné son point de vue sur les réseaux sociaux et ce qu’ils ont apporté au journalisme et à la communication.  

Well’Com to the Stadium : Peux tu te présenter et nous dire quels réseaux sociaux tu utilises (sur le plan professionnel et personnel si différents) ? Malick Traoré : Je m’appelle Malick Traoré, j’ai 28 ans et depuis 3 ans je suis (officiellement) journaliste sportif. Je présente depuis 3 saisons maintenant une émission qui s’appelle « Onze d’Europe ». C’est une émission pour tout savoir sur le football anglais et espagnol, et qui est exclusivement réservée aux abonnés du groupe Canal sur le continent Africain. Depuis le début de la saison 2018-2019, j’ai la chance d’animer également les soirées de ligue des champions chaque mercredi. J’utilise principalement trois réseaux sociaux : Instagram, Facebook et Twitter.
avatar : Quels rôles ont les réseaux sociaux dans ton métier de journaliste sportif ? 
MT : Pour moi, aujourd’hui, dans l’utilisation de ces réseaux, la frontière est extrêmement poreuse entre le pro et le perso. Par exemple, Instagram et Facebook sont des très bons moyens de rester en contact avec ma famille ou des amis que j’ai perdus de vue. Mais, dans le même temps, ce sont des outils solides d’échange, de partage avec ceux qui suivent nos émissions. Évidemment, tout ce qui peut servir à mélanger votre vie professionnelle et privée est à utiliser avec parcimonie. Parce que le moindre post, la moindre photo, parfois à caractère privé, ne l’est plus une fois qu’il est posté sur la toile. 
avatarComment utilises-tu les réseaux sociaux au quotidien ? Quel type de post réalises-tu ?
MT : Dans la préparation d’une émission je vais généralement faire une veille sur un réseau, Twitter en l’occurrence, pour avoir toutes les dernières infos des clubs de football : communiqué pour un transfert, blessures… Je peux, également, être amené à chercher des statistiques via les comptes Opta, véritable référence pour obtenir les données chiffrées les plus précises relatives au ballon rond. On n’a pas l’obligation de poster à chaque fois, en revanche, ne pas prendre connaissance de ce qui se fait, ou se dit, sur ces plate-formes peut être handicapant. Personnellement je ne suis pas très bavard (rires) mais j’aime de temps en temps demander à ma communauté ce qu’ils ont pensé d’un match que nous avons diffusé. Ou alors, je peux leur demander un pronostic, faire un sondage pour recueillir leur avis sur un sujet. Il m’arrive parfois de faire des lives pour « teaser » nos programmes, ou montrer les coulisses d’une émission.
avatarLes réseaux sociaux sont-ils un nouvel outil de communication pour les journalistes ? Peuvent-ils interférer dans ton rôle de journaliste sportif ?
MT : A mon sens les réseaux sociaux sont devenus effectivement un outil de communication pour les journalistes. En ce qui me concerne je communique sur mes programmes. Dans une époque, où tout est analysé, décrypté et ou le propos mal interprété peut prendre des proportions non souhaitées… le réseau social est parfois un moyen de se justifier, ou de se défendre.
avatar : L’information (et le journalisme) ont-ils été transformés avec l’avènement des réseaux sociaux et des applications téléphone ? 
MT : Évidemment, le journalisme, l’information en général, a connu une mutation. Les réseaux sont un canal important de distribution de l’info. De même, les applications sur smartphone démocratisent encore plus l’accès aux infos. Vous n’avez plus besoin forcement d’attendre le 20h pour avoir les news du jour. Puisque vous les avez au fur et à mesure de la journée via vos applis.
avatar : Vois-tu cela d’un œil plutôt positif ou négatif ?
MT : C’est plutôt positif puisque on a accès rapidement à l’information. Mais peut-être que cela développe également l’addiction à son téléphone. C’est une innovation qui met également en péril la presse écrite…

Pour suivre Malick Traoré sur les réseaux sociaux, c’est par ici :

instagram-logo-ywb INSTAGRAM               twitter-icon-vector  TWITTER 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s